Nouvel interview aujourd'hui avec un body painter français... ou plutôt un collectif de body painters français.

Skin Jackin est une association de 42 artistes au style acidulé qui sévissent en soirée, en événements et organisent aussi des ateliers pour enfants et adultes.

skin-jackin-festival-play-mario

Skin Jackin au Festival Play

Plus de 300 événements jusqu'ici, avec au compteur plus de 4500 "victimes" de ces body paintings rapides et fun.

Tous les artistes du collectif sont liés par leur passion pour l'illustration sur peau, les couleurs vives et l'esprit joueur.

Découvrez Skin Jackin dans notre interview exclusif avec l'un des membres actifs, Julien :

LeBodyPainting : Bonjour Julien. Quelle est l'idée derrière SkinJackin?

Julien : Skinjackin est un collectif qui intervient en live dans différents événements, la plupart du temps en faisant du body painting.

L’idée est d’imposer le visuel dessiné à même la peau de nos « victimes » et de développer un thème tout au long de nos interventions, dans un style coloré et rigolo, avec beaucoup de jeux de mots décalés et un humour un brin provoc’.

skin-jackin-body-painting

LeBodyPainting : Pourquoi s'être spécialisé dans la peinture sur corps? Quelle est la particularité/l'intérêt de ce médium pour vous?

Julien : Pour nous le principal intérêt du body painting est le face à face entre le peintre et le public, c’est toujours un moment privilégié, pour nous comme pour les personnes que l’on peint.

skin-jackin-illustration-peau

Sinon, le corps humain en soi, c’est plus chiant qu’une feuille de papier, c’est mou, plein de relief et ça bouge !

LeBodyPainting : Trouvez-vous que le body painting soit bien reconnu en France? Comment les gens réagissent-ils à vos events en général?

Julien : Personnellement, nous avons énormément de bons retours sur les events. Pour autant, nous n’avons pas l’impression de nous inscrire dans la tradition du body painting car nous réalisons des pièces rapides, sans trop se soucier d’épouser les formes du corps de nos victimes…

Skin Jackin

Skin Jackin

Nous sommes plus influencés par les cartoons et l’imagerie « street art » que par les body paintings « classiques » qui ont souvent pour but de créer une illusion visuelle ou de recréer un décor complet.

On préfère le côté décalcomanie : pour nous, dans la mesure où nos peintures sur corps partent à l’eau, on peut tout se permettre !

LeBodyPainting : Cherchez-vous aujourd'hui à vous développer dans d'autres villes? Comment trouvez-vous les nouveaux membres du collectif?

Julien : Nous avons déjà 3 équipes actives (Bordeaux, Paris et Montreal). Le collectif est avant tout une histoire de copains donc nous recrutons en fonction de nos affinités et des opportunités qui s’offrent à nous. Rien d’établi.

Un esprit déconneur et ouvert, un bon coup de crayon et des bonnes bases en typographies sont les qualités nécessaires pour rejoindre le crew !

skin-jackin-peinture-corps

LeBodyPainting : Quelles peintures utilisez-vous?

Julien : Nous utilisons presque exclusivement des marqueurs à gouache, ce qui nous permet d’avoir une gamme de couleurs commune et flashy.

skin-jackin-montreal

LeBodyPainting : Soirées, ateliers enfants, entreprises... SkinJackin a une bonne vision d'ensemble des métiers du body painting. Quel est le secteur le plus demandeur? Et celui qui permet le plus de créativité?

Julien : Oui c’est très varié, de la soirée en club jusqu’aux ateliers jeunesse. On essaie d’avoir des tarifs abordables pour les plus petits événements sans pour autant refuser de travailler pour les événements plus « institutionnels » ou de plus grande ampleur.

Il n’y a pas vraiment de secteur plus demandeur que d’autre, on a commencé en faisant beaucoup de soirées « festives » et maintenant on a beaucoup de demandes pour des ateliers, le plus souvent pour les jeunes.

skin-jackin-oui-oui

On a aussi eu la chance de pouvoir se balader un peu à l’étranger !

LeBodyPainting : Et enfin, où vous trouver prochainement? Des événements/ateliers en perspective?

Julien : On a tout plein d’events prévus pour la rentrée, pêle-mêle :

  • Vous pourrez rencontrer la team Paris à Bercy Village le 3 octobre
  • A Bordeaux, ca se passera entre autres lors de l’expo Transfert jusqu’au 26 septembre ou aux Vibrations Urbaines le 17 et 18 octobre.
  • A Montreal, vous pourrez amener vos enfants se faire tatouer par nos skinjackers pendant Kids Pop, le 19 et 20 septembre.

skin-jackin-peinture-corporelle

Un grand merci au collectif pour cet aperçu de leur projet, on les suit avec attention!

Retrouvez-les sur leur site internet et leur page Facebook.

Mise à jour : Attention, l'utilisation des stylos Posca est déconseillée pour la peau et présente des risques d'irritation et d'allergie. Tout comme les crayons Crayola.

signature

2 comments

  1. Cat 11 novembre, 2015 at 20:49 Répondre

    je vous cite « Lorsqu’on débute en body painting, la toute-première chose à faire est de se familiariser avec la peinture corporelle. Il est essentiel de comprendre qu’il faut obligatoirement utiliser les types de peinture spécialement conçues pour la peau. » et dans un autre article vous expliquez qu’il ne faut pas utiliser de crayolas…
    et ensuite faites un article sur le maquillage…. au posca, j’avoue que je ne comprend pas… !

    • mathilde 12 novembre, 2015 at 15:14 Répondre

      Bonjour Cat, c’est vrai j’y ai pensé. C’est un problème. Il s’agit ici d’un interview donc c’est un peu différent (LeBodyPainting ne partage pas forcément l’opinion des interviewés), mais je viens de faire une mise à jour de l’article qui avertit des risques liés au posca pour avertir les lecteurs.

      Merci pour votre message!

Leave a reply